uTOP-Inria : c’est terminé… mais Inria poursuit ses actions dans le domaine de la e-formation !

Le projet uTOP

uTOP, Université de Technologie Ouverte Pluripartenaire, était une réponse à l’appel à projets IDEFI (Initiatives d’excellence en formations innovantes) coordonnée par la Fondation UNIT.

Il s’agissait d’un démonstrateur d’université de technologie ouverte pour la formation à distance des ingénieurs et techniciens supérieurs opéré par des établissements d’enseignement supérieur.

 

Concrètement, uTOP comportait plusieurs volets :

  • Des actions ouvertes de créations de formations à distance orientées métiers menées par les partenaires uTOP (acteurs de la formation continue et à distance, universités et écoles d’ingénieurs, acteurs de la recherche, entreprises) ;
  • 3 sous-projets :
    • création de formations sur les métiers techniques de la Montagne dans le cadre d’un pôle de conversion économique ;
    • diffusion de formations à distance en Géomatique (ENSG) ;
    • valorisation de la recherche à travers la formation (Inria).

Inria dans uTOP

Inria était responsable du sous-projet valorisation de la recherche par la formation.

Ce sous-projet conçu par fuscia (partenariat Inria – Universités Numériques) en coordination avec la Fondation UNIT, a débuté en 2013 et s’est terminé le 31 décembre 2016.

L’objectif du sous-projet était de tester les possibilités de valorisation des résultats de la recherche publique par la formation. Les dispositifs de formation créés dans le cadre de ce démonstrateur ont pris la forme de MOOC (Massive Open Online Courses) diffusés sur la plateforme FUN.

Les auteurs et sujets de MOOC choisis portent sur des domaines de haute technologie dans lesquels des percées récentes nécessitent un effort particulier de transfert par la formation des ingénieurs.

Bilan du sous-projet uTOP-Inria

Les principales actions menées en quelques chiffres

  • Veille sur les usages innovants en e-éducation : 29 newsletters publiées et diffusées à plus de 320 abonnés ; 2 scoopit alimentés « Sciences du numérique et e-éducation », créé en 2013, et « Recherche sur les MOOC et le-learning », créé en 2016. (http://www.scoop.it/u/utop) ; plus de 200 flux rss, 30 listes de diffusion et 30 alertes surveillés pour alimenter cette veille.
  • Production de 11 MOOC diffusés sur la plateforme FUN :
    • 20 sessions de cours animées,
    • plus de 58000 inscriptions aux cours ,
    • environ 4500 attestations délivrées ,
    • plus de 50% des participants exerçant une activité professionnelle et suivant donc le cours dans le cadre d’une formation continue,
    • un public international mais majoritairement francophone,
  • Mise en ligne des vidéos des MOOC diffusés sur Canal-U pour pérenniser l’accès aux ressources produites et faciliter leur réutilisation.

Les MOOC le bon vecteur pour la valorisation de la recherche ?

Le caractère ouvert et gratuit des MOOC en fait de manière évidente des moyens intéressants pour valoriser et diffuser des résultats de recherche.

Le nombre de participants aux cours proposés par Inria est la preuve que les MOOC sont un vecteur pertinent, même si le côté massif des MOOC Inria diffusés est parfois relatif selon les sujets de cours proposés, certains nécessitant des pré-requis très pointus en informatique ou mathématique.  Toutefois, même lorsque le nombre de participants est faible le cours reste un succès du point de vue des enseignants car il s’agit de sujets très spécifiques qui intéressent des communautés assez restreintes. Les MOOC Inria sont généralement plébiscités comme étant des ressources uniques sur les sujets qu’ils traitent ou dans la manière qu’ils les abordent.

Quelle langue de diffusion choisir ?

Pour certains MOOC, aux sujets spécifiques, l’anglais a été choisi dans le but de toucher un public plus large. Hors, nous avons constaté que la plateforme FUN a, pour le moment, une visibilité principalement dans le monde francophone. De plus, les MOOC diffusés en anglais s’exposent à la concurrence de MOOC américains. L’anglais ne semble donc pas une bonne option sur la plateforme FUN pour le moment…

Prolongement des MOOC avec des formations sur mesure pour les entreprises en vue d’un transfert plus opérationnel

Ce volet du projet Inria-uTOP n’a pas été concluant. Il s’est avéré difficile de mener à bien cet objectif sur la durée du projet. En effet, les MOOC commencent seulement à être considérés par les services ressources humaines des entreprises. De plus, c’est seulement après la diffusion de la première voire de la deuxième session d’un cours que sa notoriété et son intérêt se développent et que des contacts avec des entreprises sont initiés.

Par ailleurs, d’autres pistes sont en train de se dessiner pour ce volet : d’une part le transfert de MOOC à des établissements d’enseignements (universités ou écoles d’ingénieurs) pour qu’ils prennent en charge la diffusion du cours en l’intégrant à un cursus de formation initiale ou continue ; d’autre part la création de formations hybrides à destination de professionnels à travers des réseaux tels que EIT Digital (dans le cadre du programme Professional School).

Un cadre juridique pour la cession des droits d’auteurs

En lien avec l’appui mis en place par uTOP pour ses membres, un gros effort et une certaine créativité ont permis d’élaborer le cadre juridique et statutaire de production des MOOC Inria : cadre juridique de l’auteur fonctionnaire chercheur, éléments pour une politique d’établissement, élaboration des contrats de cession de droits, cadre de rémunération des auteurs, éléments de prise en compte dans les primes de recherche et dans la carrière des chercheurs…

Colloque de clôture uTOP

Le projet uTOP s’est officiellement terminé par un colloque de clôture qui a eu lieu à Nancy les 11 et 12 janvier 2017. Ce colloque a été l’occasion de faire un bilan, globalement très positif, des projets mis en place par les partenaires uTOP. À travers les témoignages et retours d’expérience de 18 personnes aux profils variés (concepteur, apprenant, coordinateur, représentant de l’ANR, etc.), ce colloque a fait le point sur les différents projets développés qui couvrent un large spectre : qu’il s’agisse de la création d’un Mastère Spécialisé dans l’aviation à l’école nationale de l’aviation civile (ENAC), du développement d’une offre de formation e-learning par l’institut national de l’énergie solaire (INES) ou encore des projets de formation à distance en géomatique montés par l’école nationale des sciences géographiques (ENSG), pour ne mentionner qu’eux.

L’accent a bien entendu été mis sur l’après-uTOP avec le souhait de l’ensemble des partenaires de prolonger les réalisations présentées. Les témoignages ont fait ressortir une réceptivité grandissante des institutions en ce qui concerne la digitalisation de la formation. Afin de pérenniser les actions de formation mises en place pendant le projet uTOP et pour en créer de nouvelles, plusieurs initiatives ont été mentionnées telles que l’embauche d’ingénieurs pédagogiques à l’école des Ponts pour développer la formation à distance, ou encore la création chez Inria d’un Learning Lab dédié à la recherche en e-éducation.

 

Les commentaires sont fermés